Tutoriel vaisseau de guerre gondorien

Tutoriels apparentés : Construction d'un vaisseau corsaire, conversion de corsaires d'Umbar, construction du port d'Umbar, construction de la ville fortifiée d'Umbar, construction des bâtiments d'Umbar, conversion de gardes/guerriers d'Umbar.

knarr Après le vaisseau corsaire, place à un vaisseau de guerre gondorien. Un projet moins ambitieux, car il ne mesure (environ) que 48 cm de long sur 9 de large et 40 de haut. Le schéma global est inspiré de la silhouette qui figure sur les bouclier de Dol Armoth. Sans doute aucun, il s'agit d'un vaisseau viking communément nommé de façon erronée drakkar (ce terme vient du scandinave dreki, drekar au pluriel, la figure de proue fréquente sur ces navires, mais les scandinaviens n'avaient jamais donné ce nom à leurs vaisseaux ! C'est une invention française et le redoublement du " k " est pour faire plus barbare...). Je me suis donc un peu inspiré de l'article de Revolutionnary sur le site (An Hour of Wolves and Shattered Shields), de pas mal de diverses données trouvées sur le Net ainsi que de l'expérience acquise avec le vaisseau corsaire. knarr
L'idée est bonne, mais ces vaisseaux ne ressemblent que fort peu à des vaisseaux de guerre. Il s'agit en fait dans les deux cas d'un knarr ou knörr, le vaisseau de transport viking doté d'une cale). Nous voulons ici un vaisseau de guerre ou snekkar ou skeid, parfois aussi nommé langskip (longship). Nous verrons en fin de tutoriel comment réaliser un transport plus court et plus trapu.
Pour bien comprendre les différences, voici les dimensions de navires de l'an 1030-40, déterminées d'après des épaves retrouvées :

NomTypeLong.Larg.EquipageVoileVitesse
Skuldelev 1Knarr, commerce16 m4,8 m6-8 hommes90 m25-13 noeuds
Skuldelev 2Skeid, vaisseau de guerre30 m3,8 m70-80 hommes120 m26-20 noeuds

Comme il s'agit ici d'un vaisseau de guerre et non d'un transport, les dimensions retenues sont les suivantes :

Long.Larg.MatVoile
31 m, soit 48 cm4,5 m, soit 9 cm19,5 m, soit 30 cm120 m2 : une voile carrée de 10 x 12 m, arrondie à 16 x 18 cm

Voici le schéma très grossier du navire.

Dans la suite du texte, ces remarques identifient des erreurs ou des oublis commis par moi, mais de préférence à ne pas répéter ! Ce qui y est cité explique donc certaines différences entre le texte et les photos.
snekkar
schéma
1) La coque brute
Je suis encore une fois parti des gabarits du site précité, mais les ai largement modifiés de façon à pouvoir les employer plus facilement (vous les trouverez ici). Remarquez que le bateau étant parfaitement symétrique, il est possible de largement se simplifier la vie. Les gabarits imprimés sur une pleine page A4 (21 x 29,7 cm), j'ai découpé celui de la proue (ou la poupe) sur un bloc de polystyrène de 1,5 à 2,5 cm d'épaisseur (j'ai pris 2,5 cm). On tire ensuite deux traits de longueur égale à la longueur du modèle du premier morceau (en principe 16 cm), puis on trace le modèle mis à l'envers pour obtenir le dernier morceau.
Découpez la coque. Un bon coup de papier de verre pour tout lisser. Remarquez que j'en ai profité pour repérer le centre du bateau (l'emplacement du mat), ainsi que la limite des gabarits du bastingage, puis tracé un nouveau trait à égale distance entre ces marques : il y a en effet à la proue un léger surélèvement, suivi à l'emplacement des traits de planches transversales. Ajoutez à l'avant un petite plaque de dalle de plafond ou de dépron de 5 mm à 1 cm (si vous choisissez 1 cm, il faudra ajouter une marche) Enfin, taillée de façon adéquate. Taillez légèrement le dessous de la coque (la ligne de flottaison) de façon à ce qu'il soit en retrait d'environ 5 mm de l'existant, et arrondissez au papier de verre.
Telle que présentés sur les photos, les côtés de la coque sont perpendiculaires à l'horizontale. C'est manifestement inexact. Hélas, je l'ai réalisé trop tard, après avoir collé les bastingages...
2) Figures de proue et de poupe
Découpez le gabarit, puis reportez-le deux fois sur du Dépron, du carton plume ou du balsa de 5 mm. Découpez les figures. Les extrémités du navire doivent être un peu affinées. Il faut donc passer un léger coup de papier de verre sur les figures de façon à donner à l'avant et à l'arrière une forme très légèrement trapézoidale dont la partie la plus fine tournée vers l'extérieur du bateau. Pour bien faire, il faut ensuite sculpter un peu les figures. Cela dépend du matériau choisi : avec du Dépron ou du carton plume, on se contente de " graver " au stylo les formes souhaitées. Avec du balsa, on peut sculpter plus réellement. Laissez éventuellement parler votre imagination... Collez en place à la PVA, en renforçant comme d'habitude avec un cure-dent. Le résultat à ce stade est similaire à ceci :
Bévue !J'ai fixé les figures de proue et de poupe dans une encoche, sur la coque. Erreur... Elles doivent être placées devant (et derrière) celle-ci, car elles représentent le prolongement de la poutre maîtresse centrale du navire.
3) Le pont
Ne commettons pas à nouveau l'erreur du vaisseau corsaire ! Découpez la forme du pont dans une plaque de balsa ou découpez des planches individuelles dans du cageot d'emballage et collez-les en place.
Fixez au centre du bateau une planche transversale de 2,0 cm de large, et 3 de 1 cm respectivement au milieu de la section médiane avant et au 1/3 et 2/3 de la section arrière. Collez au milieu de la planche centrale un cube de polystyrène d'1,5 cm de coté : c'est le futur support du mat.
4) Bastingages
Découpez le gabarit. Placez le à l'avant de la coque, tracez sur celle-ci un petit trait pour repérer son emplacement. Procédez de même à l'autre extrémité du navire, puis mesurez l'espace intermédiaire, ainsi que la hauteur du gabarit à son endroit le plus faible. Pour chaque coté, reportez-le deux fois le gabarit, puis le rectangle dont vous venez de déterminer les dimensions (21,5 cm de long pour moi), sur du carton de céréales.
Faire le bastingage en plusieurs morceaux n'est pas gênant, puisqu'il sera (en principe, voir plus loin) recouvert de " planches ".
Vous devez à ce stade prendre une décision. Vous pouvez choisir de faire comme avec le vaisseau corsaire et vous borner à tracer les planches extérieures (ou même intérieures) avec un stylo sur le carton, avant de le coller. Vous pouvez également employer du balsa, de cageot d'emballage ou du carton (c'est peut-être moins noble, mais beaucoup plus facile à coller !). J'ai employé du carton pour les planches extérieures, et du cageot d'emballage pour les planches intérieures. Et je trouve que la différence de résultat avec la méthode précédente (tracer les planches) ne justifie pas le temps passé ! Mon conseil : tracez les planches externes et employez du carton pour les planches internes. L'effet est peut-être un peu moins bon, mais vous économisez pas loin de 3 heures de travail minutieux. C'est vous qui voyez...
Le bastingage doit commencer après les figures de proue et de poupe. Il a fallu que je triche un peu pour rattraper les choses...
le gabarit est donné pour une coque de 2,5 cm d'épaisseur. Une fois celui-ci découpé dans la page imprimée, lorsque vous le reportez sur le carton, ajustez si nécessaire sa hauteur de façon à ce qu'il " dépasse " de la coque d'environ 1,5 cm.
Collez ensuite les bastingages. Vu les courbes et contrecourbes de la coque, mieux vaut fixer d'abord les éléments de poupe et de proue : on complétera après. Soyez généreux avec la PVA et consolidez le montage le temps de séchage à l'aide de ruban à peinture. Une fois tout bien sec, enlevez l'adhésif et collez les deux derniers rectangles.
Si vous avez retenu des planches individuelles, il est d'y de s'y mettre. Servez-vous à nouveau du gabarit pour déterminer les formes, puisque les planches de l'avant et de l'arrière sont cintrées. C'est probablement le plus long et le plus délicat de tout le travail, d'où ma recommandation précédente.
5) Finition de la coque, mat et voile
Placez deux petites planches de 1,5 cm de long sur 2 cm de large au deux extrémités de la planche du milieu, contre le bastingage. Repérez le centre du cube de polystyrène et percez un trou de 5 mm de diamètre, puis, après avoir fait de même sur une planche de balsa de 2 cm de large, collez cette dernière sur le cube et sur les supports. Vous devrez ensuite réaliser un petit cadre de 4 petits morceaux de balsa ou de polystyrène pour encore mieux entourer le mat.
Ajoutez également de petits triangles aux extrémités des planches de renforcement, ainsi que les 2 cloisons transversales de renforcement de la coque, à l'avant et à l'arrière.
Le gouvernail est un élément important. C'est une grosse rame, fixée à l'arrière droit de la coque. Forcément donc à tribord, parce que justement tribord veut dire en scandinavien " du côté du gouvernail "... J'ai pris un bâton d'esquimau (ceux profilés en forme de double palette), une chute de pique à brochette de 2 cm et une paille de brique individuelle de jus de fruit. Coupez le bâton d'esquimau en deux, puis taillez la palette en biseau en repérant plus ou moins la partie que vous voulez voir hors de l'eau. Faites une entaille dans le haut, puis collez-y la paille. Faites vers le haut un petit trou dans la paille, enfilez-y un petit cube de polystyrène ou de balsa de 1 cm d'arrête, puis faites un trou dans la paille pour insérer le bout de pique à brochette repérez-vous sur la coque pour déterminer les bonnes dimensions). Coupez ensuite l'excédent de paille. Comme pour le mat, mieux vaut probablement peindre le gouvernail à part et ne le coller qu'après, mais c'est vous qui voyez...
Le mat mesure environ 30 cm. Vous le faites à partir d’une baguette de 5 mm de diamètre, ou d’une pique à kebab. Percez à la base un trou à l'aide d'une perceuse à main, fixez-y un morceau de trombone d'environ 2 cm de long (cela renforcera la solidité lors de la fixation définitive), puis enroulez autour de la base du mat, 1,8 cm au-dessus du bout, un peu de ficelle de cuisine. PVA encore... Comme la voile mesure 18 cm, une vergue de 20 cm environ suffit : une pique à brochette ou une baguette de 2,5 mm de diamètre. Là encore, pour ne pas répéter les erreurs du passé, mieux vaut les peindre maintenant (voir rubrique Peinture)… La voile est d’une grande simplicité : c’est un bête carré de 18 cm de côté. Découpez-le dans du papier peint ou du papier d'emballage (quelque chose de relativement épais). Les voiles d’un drakkar étaient confectionnées à partir de carrés de tissus assemblés, ce qui crée ce fameux quadrillage. Certains carrés étaient peints, souvent en rouge, pour effrayer les adversaires. J’ai choisi de conserver des voiles blanches. Tracez simplement un quadrillage régulier au stylo noir sur la voile (en diagonale par rapport à celle-ci). Choisissez une division entière de la largeur : j’ai retenu 4,5 cm.
Percez ensuite en haut de la voile des trous d'environ 1 à 1,5 mm de diamètre au sommet (les angles) des carrés. Puis, à l'aide de fil de cuisine et d'une grosse aiguille (type aiguille à cuir ou alène), cousez la voile à la vergue. Veillez à ne pas " tendre " la voile : il doit y avoir un léger jour entre les attaches. Consolidez les nœuds à la PVA.
Attachez la voile au mat à l'aide de ficelle de cuisine. PVA encore. Pour que la voile conserve sa forme bombée, il peut être utile de lui appliquer une fine couche de PVA diluée, afin de la rigidifier. Recoupez la vergue si nécessaire (les bouts ne doivent dépasser que de 2 cm max).
C'est tout pour le moment : même si la photo montre la voile, la mise en place définitive et la pose du gréement se feront après l'étape peinture.

Comme vous pouvez le voir sur la photo, j'avais initialement retenu des dimensions erronées, plus adaptées à un vaisseau de transport, avec une voile de 30 x 27 cm... J'ai donc dû rectifier par la suite, et la diminuer d'un bon tiers pour la ramener aux dimensions citées dans le texte...
8] Peinture
Très classique : sous couche noire (pas à la bombe, à cause du polystyrène encore exposé).
  • Bois : brun puis brossage de beige.
  • Cordage : brossage à sec de beige (ou conservation de la teinte d'origine).
  • Voile : je lui ai laissé sa couleur blanche originelle.
9) Finition
Une fois la peinture terminée, fixez définitivement le mat à l'aide de PVA, puis fixez le gréement, et terminez éventuellement la peinture de celui-ci. Le gréement reste simplifié par rapport à la réalité, de façon à permettre un déplacement aisé des figurines : un cordage du haut du mat vers la proue, deux du haut du mat vers les deux flancs arrière, un qui relie le milieu de la voile au mat et deux qui relient les extrémités basses de la voile aux flancs. Fixez ensuite le gouvernail. Pour bien finir les choses, fixez une belle bannière du Gondor en haut du mat. Une baliste (plus soignée si possible que celles des corsaires !) serait utilement ajoutée à l'avant.
Vaisseau gondorien fini vu de face
Vaisseau gondorien fini vu de la poupe
Bannière
  • Temps total de réalisation : 10 heures.
  • Coût en matériaux : environ 15 euros.
  • Valeur marchande estimée : 95 euros.
  • Valeur sentimentale estimée : pas mal quand même...
Vaisseau gondorien fini
Et pour un vaisseau gondorien de transport ? Le processus est similaire, si ce n’est qu’un tel vaisseau est plus court, plus trapu et plus haut. Les dimensions à retenir pourraient être les suivantes :
LongueurLargeurVoilure
16 m, soit 25 cm5,7 m, soit 12 cm90 m2 : une voile carrée de 9,4 x 9,4 m, arrondie à 14 x 14 cm

Pour le reste, j'y travaille. Peut-être plus d'info bientôt...

Retour Accueil Seigneur des Anneaux


Tous droits réservés © 2005 Fabrice "Fyndhorn Elder" Lemainque